BLACK NOVEMBER ! Jusqu'à -70% sur une large sélection de produits - Retours prolongés jusqu'au 05.01.21 - Prenez soin de vous ❤

JORDAN REPOND A TRUMP

Il y toujours eu deux choses que l'on a considérées comme inévitables : les impots et la mort. Depuis le 20 janvier 2017, il y a une troisième certitude : Donald Trump est un sac à m.... Après son beef avec Hillary, la Corée, son staff, les iraniens, les musulmans du monde entier, les gays, les femmes, les noirs, voici le beef avec les sportifs. Au terme d'un week end surréaliste, le 45ème président des Etats Unis, devant une foule de supporters acquise à sa cause (il en reste malheureusement plein) s'est mis à dos la NFL en traitant de "fils de p..." les athlètes mettant un genou à terre pendant l'hymne américain pour protester contre les violences policières faites aux Noirs. Et comme ça ne suffisait pas, il s'est aussi aliéné la NBA en retirant l'invitation traditionnelle adressée aux champions de l'année précédente pour venir à la Maison Blanche retirer les honneurs qui leurs reviennent. En insultant à moitié Steph Curry (l'équivalent de Mickey Mouse en ce moment aux yeux des kids US), il s'est pris une volée de bois vert en retour par Lebron James, Steve Kerr, joueurs et commentateurs. Mais on attendait quand même la réaction du Greatest Of All Time, souvent avare en matière de prise de position politique. Heureusement, celle ci est arrivée rapidement au terme d'une déclaration laconique et lourde de sens : "Un des droits fondamentaux sur lequel notre nation a été fondée est la liberté d'expression, et nous avons une longue tradition de manifestations non violentes et pacifiques. Ceux qui utilisent le droit de s'exprimer pacifiquement ne devraient pas être moqués ou diabolisés. En ces temps où les divisions et la haine grandissent dans ce pays, nous devrions trouver des moyens de travailler ensemble et nous soutenir les uns les autres au lieu de créer d'autres divisions. Je soutiens Adam Silver, la NBA, ses joueurs et tous ceux qui souhaitent utiliser leur droit à la liberté d'expression". CQFD